Sa voix était comme de la soie, et, bien que ma langue lui soit clairement étrangère, il lui conférait une qualité presque musicale. « Au fin fond de la forêt », me dit-il, « vit une plante que mon peuple nomme Iriolis. Ce qu'on pourrait traduire par "la main sournoise". Elle pousse partout : à même le sol, sur les arbres, sous l'eau... et même sur la roche. Le problème est qu'elle pousse trop bien. Ses doigts sont gourmands. Ils épuisent le sol, troublent l'eau et ne laissent aucune lumière aux autres. C'est pourquoi nous arrachons ses racines. Laisser vivre Iriolis, c'est laisser mourir la forêt. »

J'ai répondu : « Je ne comprends pas. Je pensais qu'Iriolis était le mot elfique désignant les Humains. »

« En effet... » dit-il en tirant le cimeterre d'argent du fourreau pendant à sa taille.

PlusMoins

On dit qu'autrefois les Elfes formaient une seule et unique race, bien avant que la Guerre Céleste oppose frère et sœur, famille contre famille. En ce temps-là, Cybèle, la Déesse Vierge, allait parfois à la rencontre de certains enfants Elfes. Elle les invitait à pénétrer au cœur de la forêt pour y danser et festoyer au clair de lune en compagnie de leurs cousins, les Elkens et les Fae. Dans ces bois, il est facile de perdre toute notion du temps, de jouer, de danser et de chanter nuit après nuit. Certains de ces enfants ne retournèrent jamais auprès de leur famille, inconscients du passage des siècles et de la chute de leur royaume d'origine.

Les Elfes des bois seraient, si l'on en croit la légende, les descendants de ces enfants disparus. Mystérieux et sauvages, ils sont très différents de leurs cousins plus civilisés, et préfèrent la solitude de la nature à l'élégance guindée des sociétés Elfiques.

Les Elfes des bois respectent toutes les divinités, mais ont une affinité spéciale pour la Vierge, la Mère, et l'Ancienne.

Classes disponibles

besoin d'aide ??