DU FEU, DE LA POUSSIÈRE ET DU SANG

DU FEU, DE LA POUSSIÈRE ET DU SANG

jeudi, février 15, 2018

Alors que l'univers du jeu ne cesse de croître, de nouvelles adaptations sont nécessaires. Aujourd'hui, nous ajoutons de nouvelles pages au Livre de la Création. Nous nous penchons sur les origines de la Poussière et des Cendres, le tout accompagné d'illustrations signées Dave Greco. Cet extrait est également disponible sur la page de Valkyn au Panthéon.

Livre de la Création, Chapitre 2 : 5 à 32
5 Celui que l'on appelle le Doyen des Dieux, le Tout-Puissant des Cieux et Celui dont le chant donna naissance à l'univers. 6 Ces titres et bien d'autres Lui sont attribués, car Il est Roi par droit, et nous devons L'appeler 7 Valkyn l'Ancien, Créateur de Tout, et Celui qui siège sur le Trône du Dragon.

8 Le Trône du Dragon est Sien et seulement Sien, bien qu'il soit mal-nommé, étant bien plus Trône qu'il n'est Dragon. 9 Au Temps d'avant le Temps, le Tout-Puissant tomba sur la grande hydre, le serpent connu sous le nom de Wyrm Éternel, 10 deux têtes de serpent surplombant un corps doré, les ailes ouvertes sur le cosmos. 11 Le Grand Seigneur était fou de rage, ne tolérant pas une beauté qui n'était pas Sienne. Il prit les deux têtes de l'hydre et sépara la créature en deux. 12 Le corps de la bête, qui ne formait qu'un, était maintenant divisé en deux.

Le premier fut appelé Yaemir, Roi des Serpents, et le second Lyessa, Reine des Wyrms.

13 Mais la colère du Grand Seigneur était insatiable. 14 Il ouvrit l'immense mâchoire de Yaemir et enfonça Son poing dans son gosier jusqu'à toucher le feu ardent de son ventre. Les doigts en feu, Il serra fermement le poing et Il le libéra d'un coup sec : humide, fondu et vivant.

15 Il entraîna ce feu à travers les cieux, laissant dans Son sillage une traînée de Cendres. 16 Celles-ci représentaient le chaos à l'état pur, celui que nous appelons Esprit, le métal liquide incandescent à partir duquel toute forme de vie est forgée. 17 Il suspendit le cœur de feu dans le ciel de l'ouest 18 et Il le baptisa Soleil, en cadeau pour Son premier fils Arkon, le Prince de l'Aube.

19 Lyessa essaya de fuir et de descendre du ciel, mais le Grand Seigneur était trop rapide, trop fort, trop cruel. 20 Il arracha les ailes de ses épaules, brisa et tordit son corps, et la força à avaler sa propre queue. 21 Il vola l'œuf qui renfermait son futur enfant, et le lança violemment en direction du ciel de l'est. Il y resta suspendu, à l'extrémité des cieux, fracturé et froid, silencieux et sombre. 22 De ses fissures, une fine poudre sortit. Nous appelons cette substance la Poussière, car elle représente l'ordre à l'état pur, la pierre inflexible sur laquelle furent sculptés les ossements de notre monde. 23 Et Il baptisa cette œuvre la Lune, en cadeau pour son deuxième fils Kane, le Prince de la Nuit.

24 Son travail enfin accompli, Valkyn s'assit sur l'échine de Yaemir, faisant du corps de cette créature Son trône. 25 Et Il siégea ainsi, pendant des temps immémoriaux, 26 jusqu'à la mort de Gaea, et la Faim.

26 La Reine des Wyrms pleura la perte de son ami, de sa liberté et de ses enfants. 27 Ses larmes furent dispersées dans les cieux, inondant nos terres d'une pluie qui dura pendant des milliers et des milliers de saisons. 28 Elle arrosa nos terres jusqu'à ce que les déserts deviennent des océans et que les vallées deviennent des fleuves. 29 Et quand il pleut encore aujourd'hui, ce sont les larmes de Lyessa qui coulent.

30 Telle est la nature de notre monde : les Cendres du Chaos et la Poussière de l'Ordre, des matériaux divins pour qui tout le reste n'est qu'ombre. 31 La Poussière dérive dans les cieux, perdue et libre à la fois. Elle entoure les Cendres comme si elle cherchait désespérément sa place quelque part. 32 Elle cherche le chaos, et s'y attache comme le fer à un aimant.


Voilà l'histoire telle qu'elle est écrite dans le Livre de la Création, et telle que nous la retrouvons dans l'art des arcanes. Jadis, nos plus grands magiciens apprirent à exploiter ces matériaux et à fabriquer d'ingénieuses reliques. Les dépouilles parsemées de Poussière devinrent plus résistantes que les plus résistantes des pierres. Quant aux reliques imprégnées des Cendres, elles concentrèrent en elles toute la puissance du Chaos. Il s'agit là de la forme d'enchantement la plus pure : des lames parfaitement affûtées, des boucliers résistants à tout, et des flèches capables de percer le métal, le bois et les os. Ces artéfacts ont été fabriqués par l'homme, puis imprégnés du pouvoir véritable grâce aux matériaux divins.

Et pourtant, est-ce si différent de la vie ? Il s'agit du même fil à partir duquel notre monde est tissé : les arbres, les animaux, la terre... et même l'Homme. Car nous partageons tous une conception unique, pas vrai ?

Nous ne sommes ni plus ni moins que la plus grande merveille des arcanes. Nous sommes des coquilles mortelles qui enveloppent notre esprit éternel. Nous sommes l'Ordre qui se lie au Chaos, les Cendres recouvertes de Poussière.

allfather watermark

besoin d'aide ??