Je peux encore entendre l'écho de son dernier souffle. Faible, presque déjà oublié. Ces terres sont brisées, comme son corps. Vous voyez ? Ils sont pareils. Une bougie dans l'obscurité. Autrefois allumée, aujourd'hui éteinte. La mèche est encore rougeoyante, mais la lumière ne reviendra plus. Regardez cette fumée qui s'échappe de ses lèvres... c'était son dernier souffle.

C'est la Faim, mon enfant. La Faim n'est pas une chose. C'est plutôt une absence de chose. Qu'est-ce que "l'obscurité", là où il y avait de la lumière ? Qu'est-ce que le "froid", là où il y avait la chaleur ? Qu'est-ce que la Faim, là où il y avait la vie ?

Entendez-vous ce silence ? Il y a longtemps, ce monde avait un pouls. Son sang, la roche en fusion qui battait si vigoureusement dans ses veines... Il refroidit, ralentit, s'épaissit.

Mes frères, mes sœurs, je ne peux guérir votre monde. Les morts resteront morts. L'absence de vie n'a rien de commun avec la vie. C'est l'ordre des choses. Je le déplore, mais c'est sans importance. Lorsque le dernier éclat de chaleur aura disparu, je ne pleurerai plus, car le froid m'aura emporté dans son étreinte impitoyable.

PlusMoins

Levant son bâton, elle tranquillise les bois d'un geste bienveillant de la main. Le cerf abattu va mourir, pas de doute. La flèche s'est logée trop profondément dans son cou. Elle pose la main sur son visage, sourit tristement, et d'un mot, draine la vie de ses yeux.

Le Chaman Elfe des bois lève le visage vers le ciel, comme pour observer quelqu'un d'invisible, et se met à psalmodier dans une langue inconnue. De la fumée commence à tourbillonner autour de lui, prenant forme, sculptant la lueur de la lune comme de l'argile. Une silhouette émerge. C'est un ours fantomatique énorme. Il se dresse sur ses pattes arrières et, devant lui, rugit dans un silence assourdissant.

Le jeune Semi-Elfe s’arrête. Son esprit humain rejette la logique, mais son cœur Elfe ressent l'énergie de la vie et de la mort, coulant aussi bien dans l'air au-dessus d'elle que sous le sol. Elle peut le sentir avec son esprit : le maintenir, le dompter, le pousser de sa volonté, comme si elle plongeait ses doigts dans un ruisseau glacé. La forêt possède un battement de cœur aussi puissant que dangereux. Elle frissonne, et les arbres autour d'elle se mettent à trembler.

Dans la vie, l'Ordre des druides rassemble les adeptes de Gaea, la Mère Nature. Un culte de forestiers. La religion s'est d'abord enracinée auprès des Elfes des bois avant de se propager aux Fées puis, plus rarement, à ceux qui partagent à la fois les sangs humain et elfe. Depuis la mort de Gaea, le culte druidique s'est pratiquement dissout. Les druides qui choisissent de combattre pour les dieux dans l'au-delà le font pour des raisons qui leur sont propres. Certains par vengeance, d'autres en quête d'un but. Nombreux sont ceux qui ressentent un sens de désespérante loyauté envers une déesse qui n'est plus.

Races disponibles

besoin d'aide ??